Bienvenue sur Survivarium, forum dédié à 7 Days to Die et autres perles. Inscrivez-vous pour participer à l'aventure !
Pour suivre l'évolution de 7 Days to die.
Toutes les news et traductions du forum officiel sont ici.

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 31/3/2017, 06:22
Ouais, on cause un peu ciné aussi ici non ? Sans se prendre pour des cinéphiles, on aime tous plus ou moins le cinéma et ça peut être chouette de se rencarder sur des films. Dégote et Dégomme ou D&D (sans copyright, rien à foutre je suis un maboul) , c'est une rubrique qui, je l'espère, vous motivera à gratter un peu pour partager un film que vous conseillez et un que vous ne conseillez pas.

Alors attention, s'agit pas de pondre une tirade dingue, on est plus sur de l'avis de comptoir entre deux binouzes qu'à vraiment refaire l'histoire du cinéma. Mais quand même, y a des trucs à dire sur des films. Pour inaugurer, je vais en pêcher deux qui ont fait parler d'eux au moment de leur sortie, mais qu'on a potentiellement tous loupé, à tort ou à raison. Voici mon premier D&D:



By The Sea, comment te dire. Si t'en n'as rien à foutre de voir les seins d'Angelina Jolie et de Mélanie Laurent, t'as aucune raison de griller deux heures de ta vie devant ça. Angelina Jolie et Brad Pitt ne jouent pas mal ( et Niels Arestrup dépote, mais lui je ne l'ai jamais vu mauvais ) et je crois en leur sincérité d'acteurs d'avoir voulu faire un chouette truc, d'autant que c'est le scénar et la réal de Jolie, mais bordel, qu'on se fait chier.

By The Sea, c'est du pathos et de la prétention. Je peux comprendre du silence dans THX-1138 parce que même si c'est lourd, c'est maîtrisé. Mais là, on n'est pas loin de Youth, en encore moins intéressant. Je parlerai de Youth un jour, j'ai un gros problème avec ce film pourtant grassement noté. Mais plus tard.

L'histoire, c'est un mec écrivain alcoolique en panne d'inspiration.....ouais, elle a trouvé l'idée dans un gâteau chinois on est d'accord, et une femme autodestructrice et mystérieuse sur la raison de son trouble. Le film fait deux heures et on te vend en climax final la raison de sa souffrance. Sauf que tu la comprends en 10 minutes de film. Sans spoiler, on sait jamais, si je te dis images flash de médecine, d'intérieur de corps et son trouble en voyant des femmes assumer leur féminité en bronzant à moitié nues, tu concluras que son souci c'est ?....c'est ? Ben t'as gagné, c'est ça. Et si tu vois pas de quoi je parle, regarde-le, fais toi une idée. Mais si t'es surpris à la fin en découvrant le machin, t'aimes vraiment ne pas te poser de questions. Passe au film suivant parce qu'à partir de là je spoile ce fameux mystère, mais faut bien pour terminer mon impression.

Qu'Angelina Jolie, qui a eu de gros soucis de santé et à qui on a retiré du sein et de l'ovaire, se sente meurtrie dans sa conception de femme ok, c'est triste, mais c'est normal. Qu'elle veuille en faire un film pourquoi pas. Mais là, je me sens limite voyeur de sa vision d'un problème personnel traité avec tellement peu de subtilité que ça me dérange. C'est comme si je te montrais mes photos de fracture ouverte. Ouais ok ça peut m'aider, mais toi qu'est-ce que ça t'apporte ?

Je parle du manque de subtilité et de prétention parce c'est très arte mais dans le sens péjoratif du terme. Vraiment, on te vend un tableau vide en te disant qu'il est rempli des intentions de l'artiste. Ben oui mais non. Je suis pas un trouduc qui s'extasie d'un paquet de merde emballé. Si tu veux traiter un sujet, fais-le bien. Surtout s'il est grave et personnel. Bref, Bye Bye The Sea, je dégomme.



Et là, on dégote. J'ai choisi ces deux films pour des raisons simples: J'ai vu By The Sea hier et Asphalte à l'instant, les deux se passent en France et son très silencieux. Mais ici, y a le talent. Tu commences Asphalte en te demandant si tu vas tout regarder, puis quand ça finit t'en aurais bien pris 10-15 min de plus.

Trois histoires métaphoriques de duos, enfin quatre histoires même si vraiment on chipote. Tous les duos sont bons. Coup de coeur perso pour la mère arabe qui accueille un astronaute américain, mais vraiment, elles sont toutes chouettes et on est contents de découvrir la suite de chacune d'elles. Les personnages parlent peu mais sont bien habillées de gestes et d'émotions qu'on ressent sans mal. Jamais ça ne part dans le pathos, attention. Par exemple, t'as un perso en chaise roulante qui en bave pour monter une rampe d'accès à un immeuble et en fin de route tu vois qu'il n'aurait pris que cinq secondes pour les quelques marches s'il avait encore pu marcher. Mais c'est juste un constat, qui peut être tant une exposition des difficultés du quotidien des handicapés comme une scène d'humour noir. On ne te force pas à t'apitoyer, t'as même le droit de t'en foutre le personnage ne se plaint jamais. C'est surtout un film tendre avec ses personnages, dans leurs forces comme dans leurs failles.

Il y a du drôle, du dramatique et souvent du loufoque, mais c'est traité avec respect et on ne s'emmerde pas. Je vais d'ailleurs éviter de trop en dire parce que ça ne sert à rien, ce film-là se découvre. Mais vas-y, c'est de la bonne. Y a pas d'action bien sûr et faut pas le mater en faisant autre chose, mais il en vaut la peine.

Je suis vachement plus fertile quand il s'agit de dégommer en fait.....mouais sûrement, mais ça ne sera pas comme ça à chaque fois.
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 31/3/2017, 16:33
Et bien si le but c'était de me sentir inculte c'est réussit !

A part Angelina Jolie et Brad Pitt que je connais parceque je suis abonné à Oupss! je connais aucune des références que tu cite  Wink

Est-ce que tu aurais pas des films apocalyptiques à conseiller ? 

Voir des livres ? 

Je suis désespérément à la recherche d'un bon livre sur le sujet.

Il y'a "malevil" que j'ai bien aimé mais mon plaisir a été gâche par une erreur d'impression qui a fait que le dernier chapitre s'est retrouvé au milieu du livre....avant que je m'en rende compte je me suis spoil la fin...
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 31/3/2017, 23:40
Comme ça à la louche dans les films sympas à voir il y a The Road, Children of Men, 28 Days Later (la musique de 7 days to Die était très référencée au thème de ce film dans de précédentes versions ), Dawn of the Dead (qui est un remake mais vraiment très bien réussi ), Carriers, Akira (une animation mais qui dépote). Il y en a d'autres mais si tu veux du sobre et réaliste, The Road et Carriers. The road est d'ailleurs un bouquin à la base que je n'ai pas lu mais on en dit le plus grand bien. Et niveau livres, toujours The Road, 1984, Metro 2033, Cell. Je n'ai pas lu (ni vu) Malevil mais je vais l'ajouter à ma liste.

Allez, pour toi, le prochain D&D sera sur des films post ap.

Et plus tard, c'est maintenant:



28 Days Later est un film que vous connaissez déjà très probablement, mais je vais en parler quand même, parce que je fais ce que je veux. On passe bien son temps à parler de 7 days to die ici et tu connais aussi après tout. Mais pour te résumer le propos, contamination de gens au moyen d'un virus, ils se changent en infectés, c'est la merde et la caméra se pose 28 jours après le début de la contamination, à Londres.

Il y a plusieurs trucs intéressants à noter sur ce film, et notamment le côté très immersif du déroulement de l'aventure du protagoniste, ainsi que son évolution. Les protagonistes d'ailleurs, mais tout se centre sur Gillian Murphy ( l'Epouvantail dans Batman ) qui se réveille dans une chambre d'hosto façon Walking Dead, se balade dans une ville vide façon Walking Dead, rencontre un infecté comme dans Walking Dead et se fait sauver par un autre protagoniste à la peau noire.....comme dans Walking Dead.

Non mais en fait, c'est Walking Dead qui a fait comme 28 Days Later, qui lui-même a fait est une sorte de remake version infectés du bouquin The Day of the Triffids, où là aussi un héros se réveille à l'hosto dans un monde qui a bien changé. C'est comme la musique de Pulp Fiction. T'as sûrement grincé des dents en ententant quelqu'un dire "trop foooort, la musique de Taxi". Et toi t'as osé ou non rectifier, "c'est pas Taxi c'est Pulp Fiction bordel !". Ben c'est faux aussi. Tarantino a repris une version de Dick Dale des années 60. Lui-même n'aura rien inventé étant donné que le titre existait plus de 40 ans aux USA et bien avant en Grèce d'où est originaire le titre, chanson populaire. Donc dire que cette musique vient de Taxi ou Pulp Fiction, c'est comme dire que I will Survive vient de la coupe du monde 98. Mais marquons un retour vers le futur, 28 jours plus tard.


Le film se déroule en 3 phases. Le héros dans la ville vide, comme dans I Am a Legend....rhaaa bordel, tu vas arrêter ça oui ? Donc première partie dans Londres vide, seconde avec des survivants qui s'organisent et veulent surtout se barrer d ela ville où les infectés pullulent ( comme t'as joué à 7days, t'approuves forcément ) et une dernière que je ne te spoile pas parce que merde, t'as encore une chance de voir ce film, cours-y.


Tout est bon dans le film. La cam sobrement documentaire qui filme différents témoignages (nombreux dans le film) de la pagaille qu'a engendré l'infection et l'attaque des déments. Je ne dis pas zombies exprès parce qu'ils n'en sont pas, ils ne sont pas morts mais salement malades. Les acteurs jouent bien, les personnages secondaires ou un peu caricaturaux ne sont pas pénibles pour autant et surtout le monde est sans pitié. J'ai rarement vu un film autant faire gaffe aux gerbes de sang, les personnages n'oublient pas qu'avoir du sang sur la gueule c'est pas cool quand on peut se changer en monstre en quelques secondes. Gillian est excellent du début à la fin. j'ai déjà entendu des critiques plus sceptiques sur cette dernière phase du film, mais justement je trouve qu'elle boucle bien le tout et permet au personnage de tenir une évolution. Dans World War Z, qui est sympa mais oubliable, les humains sont organisés et tous très gentils. Ici, ils tentent de s'organiser, mais il n'y a plus de notions du bien et du mal. Et ça c'est génial.


Bref, si vous n'avez jamais vu 28 Days Later, il le faut franchement, sous ses aspects de simple "petit" film, on a une perle qui demeure encore un des meilleurs films d'infectés/ post ap. On dégote.



Si ça te surprend un peu de le voir dans le choix "on dégomme", sache que ça me fait chier de l'y mettre. Parce que cette suite n'est pas mauvaise, mais elle a de très bons et très mauvais points et, malheureusement, un de ses mauvais points annihile 28 Days Later. Ca s'est joué à ça.

Dans les bons points, il y a l'univers. On a reproché à ce film de se dérouler dans une base militaire et d'être plus américanisé que le sobre premier volet, je rejoins en partie en ce sens où, effectivement, tu n'as plus trop de côté caméra immersive là. Tu suis une histoire d'un point de vue assez reculé. Par contre, que des soldats organisent une protection civile dans une base, je vois pas le problème. Le temps a passé, bien évidemment que des structures se sont formées et c'est pas plus con de filmer de la défense militaire que Joe et sa longue barbe qui survit seul dans sa montagne. Le vrai souci de 28 Weeks Later, c'est qu'il bidouille son scénario pour que l'histoire puisse se dérouler comme un film, et ça c'est un gros problème.

La première scène du film est géniale. La scène du début de la contamination dans le camp militaire est viscérale et horrible et la baston soldats vs infectés fait bien plaisir. Mais, plusieurs problèmes. Deux gosses, un frère et une soeur, qui, grosso modo, ne servent à rien si ce n'est à désobéir pour foutre le bordel, agir comme des enfants n'agiraient pas sans script pour leur dire quoi faire et surtout, ils ne sont pas écrits du tout pour être rendus attachants. La seul truc qui te ferait éventuellement vouloir leur survie, c'est que ce sont des gosses. Un peu facile. Dans le premier aussi il y a une jeunette dans les protagonistes, mais elle est vachement en retrait et ne dérange pas pour les mauvais choix qu'elle fait. Ici, t'as deux merdeux qui, en plus de ne rien avoir d'attachant, sont indirectement responsables du foutoir dans la base militaire. Leur bilan carbone est clairement négatif, ce sont des connards individualistes.

Je dis en partie, parce que les soldats sont cons. On met es snipers sur les toits en cas de menace, mais visiblement on peut leur rendre visite sans souci la porte est à peine fermée et on accède facilement à leurs positions. Quand c'est la merde, sachant qu'un humain devient infecté en 5 secondes, on les stocke tous dans une même pièce où leur nombre fera leur force future au lieu de les isoler dans des chambres blindées par petits groupes. Ah et quand on trouve un sujet d'expérience capital, on ne le surveille que du coin de l'oeil.

Ajoute à ça de gros soucis comme le fait que des infectées se téléportent d'un plan à l'autre pour avoir par surprise un soldat qui, pourtant, avait vue absolue sur un long couloir éclairé et tu commences à comprendre que le film, entre deux bonnes scène,s se fout un peu de ta gueule. Mais le pire, c'est le méchant. Il y a un infecté qu'on va appelé Némésis, parce que bordel c'en est une. Némésis, c'est supposé être un truc qui court, gerbe du sang et attaque tout ce qui n'est pas infecté. Ben Némésis, il sélectionne ses cibles en fonction de l'affectif, se planque quand on déverse du napalm en attendant patiemment que ça passe, poursuit les protagonistes comme un chien pisteur malgré tous les dangers et le fait qu'il se repère sans carte ni gps et parvient même à les attaquer dans le noir absolu avec une précision de dingue.

Donc, dans 28 Weeks Later, les infectés ne sont plus simplement des gens sobrement rendus furieux par un virus, ce sont des gens violents et fous, mais méthodiques, conscients, intelligents nyctalopes et téléporteurs. Va te faire foutre film, tu ne peux pas être aussi bon dans certaines scènes et idées et me chier de la série B pour le reste. Comme le dirait Alexandre Astier: C'est marrant, je vous dis "faites simple et beau". Vous faites tous compliqué et moche. Et 28 Weeks Later, c'est ça, une suite moche. Pas mauvaise, mais honteusement inégale et, à mon grand  malheur, la jolie couche de verni mise autour des fêlures a suffi à ce que beaucoup le trouvent géant, digne du premier etc. Ben non, il est médiocre et mérite d'être dégommé pour le bras d'honneur qu'il fait à son propre premier volet.
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 09:24
Merci pour les titres, j'en ai déjà vu et lu quelque uns mais je note The carriers, Metro 2033, Cell .

The road : j'ai vu le film et lu le livre et j'ai aimé les deux. J'ai trouvé le livre plus gore avec des passages vraiment difficiles.

Dawn of the dead (tu parle du remake de 2004 je présume) j'ai bien aimé même si un peu trop américain à mon gout mais ça se regarde bien quand même.

7 days later évidemment, j'avais mis la bande son dans ma vidéo pour la présentation du forum. J'aime beaucoup ce film ainsi que l'acteur principal. Faut dire que le coté british donne un certain style. Ce film fait vraiment peur contrairement à Dawn of the dead. Et puis le coup du "je me réveille dans un hopital avec une barbe de 3 semaines a été repris dans de nombreux livres et film".

7 weeks later, j'ai pas trop aimé car je préfère que les zombies ou infectés restent des créatures sans cerveau dont leurs forces est leur nombre et la fatalité de leurs morsures.

Tu as mentionné deux films se passant en Angleterre, le CSA me demande de rétablir l'équilibre en présentant deux oeuvres francaises :



Je dégote "Malevil" qui est un roman post apo qui se passe dans la France profonde, je dirais dans les années 70. On y suit un groupe de paysans, certains instruits, qui tente de survivre dans un chateau. Une sorte de "The road" à la française sans le coté "road trip". Il y'a certains aspects de la survie que je n'ai vu dans aucun livre ou film. L'ensemble m'a paru cohérent et réaliste. C'est surtout l'aspect "vivre en petite communauté" qui est intéressant. Malevil a été adapté au cinéma mais je ne l'ai pas vu, il date de 1980 avec Michel Serrault, Jacques Villeret, Jacques Dutronc et plein d'autres.



Le seul film francais qui mérite d'être mentionné est "La horde".
C'est pas un chef d'oeuvre, on vas pas le comparer à 7 days later, mais les zombies sont bien fait (on est les meilleurs dans ce domaine il parait) et l'ambiance très sombre assez angoissante. Les acteurs sont pas connu, ils sont un peu caricaturaux mais ça passe. Perso j'ai bien aimé le personnage du vieux qui me rappelle un proche. Quelques scènes plutôt sympa, du sang pour rendre le tout bien gore. 

Je dégomme quand même parceque ça reste un film moyen.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 09:54
Tiens oui Maldevil faut que je me le mate merci de me le rappeler, un Michel Serrault ça ne se refuse pas. Dawn of the Dead n'était pas destiné à faire peur je pense, c'est plus des situations de merde et des idées de scènes pas mal (l'armurier du bâtiment d'en face m'a marqué). Mais que dégommes-tu du coup ?
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 12:32
Je dégomme "la horde"

Comme 7 weeks later, il mérite d'être vu mais comme représentant des films zombies francais on aurait pu faire mieux.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 13:05
J'avais vu une fois un film français qui vendait du rêve, les morts revenaient à la vie et rejoignaient les vivants. Sauf qu'en fait c'était un truc chiant maladroitement parabolique sur le papy boom. Avec la venue d'un cinéma plus indépendant et même des vidéastes du net, je pense que la France pourra creuser son trou. Mais c'est vrai que pour l'instant le genre post ap c'est surtout USA et Asie. Je ne sais pas si tu as vu Calvaire ou Sheitan, mais ça montre qu'il y a de l'audace, même si là on verse plus dans le film d'horreur malsain.
avatar
Hek
Fondateur à la retraite
Messages : 2900
Date d'inscription : 07/11/2014
Localisation : Brest
http://www.survivarium.net

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 16:12
Que de bonnes choses dans tout ça...

Juste un truc, Malevil est un excellent roman et un très mauvais film. Malgré la présence d'acteurs solides, il ne vaut pas un regard en coin, surtout quand on a lu le bouquin. hdhjd sq et ça c'est mon chat qui vient de courir sur le clavier (je laisse, ça vaudra peut-être des millions quand les chats auront gagné la guerre).
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 16:27
Hasard : J'ai vu Sheitan et c'était tellement flippant que j'étais mal à l'aise. La scène de l'accouchement m'avait bien marqué.

Hek : Et bien merci de l'info, ça m'éviteras de l'acheter :p Bisou à ton chat (on sait jamais, ce sera peut être le futur président)
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 1/4/2017, 21:53
Oui ben c'est trop tard Hek, je l'ai téléch...cherché chez mon vendeur de DVD le plus proche. Au moins j'aurai pas l'occase de le comparer au bouquin. Faut jamais faire ça d'ailleurs, si un bouquin est moins précis et immersif qu'un film c'est qu'il y a un gros souci.

Au moins je reverrai ce brave Serrault. Et oui Kouic, Sheitan est très bien fait et Vincent Kassel est vraiment bon dans les rôles de violence contenue.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 2/4/2017, 17:03
Je viens de voir Malevil. Et c'est pas une purge comme film, il y a des défauts mais il se regarde. Si on oublie le bouquin dont il s'éloigne Hek, qu'est-ce qui fait que tu le trouves très mauvais ? Franchement pour un truc français du début des années 80, je suis plutôt dans le positif. Les décors, la pluie de cendre, le côté commun des personnages, c'est plutôt pas mal. Juste que la succession des scènes ressemble un peu trop à des vines tellement les coupures sont parfois brutes et dans l'ensemble ça pose des trucs sympas mais qui se résolvent de façon trop simples, ou ne se résolvent pas du tout. La fille aveugle semble voir à nouveau, on te parle du Commandant, mais au final on ne le voit jamais. Le méchant avait un carré d'as en main mais se couche. Il y a un côté un peu trop propre dans la crasse. Mais encore une fois, cinéma français au début des années 80. Ca reste agréable à regarder, pour moi. 

Je suis cependant très dubitatif sur la fin, en fait je ne la trouve pas happy end bien qu'au final les personnages obtiennent ce qu'ils veulent. Je ne sais pas comment ça se passe dans le bouquin, mais le final du film, c'est mwerf. Trop vague, ça ne prend pas de parti clair alors que tout le film se base sur les choix moraux des personnages.

J'ai lu des critiques sur le net et ce qu'on reproche, essentiellement, c'est que ce n'est pas comme le livre. Encore une fois je ne serai jamais pour cet argument, faut prendre chaque support à part et le traiter sans comparer, d'autant qu'il est mis que c'est librement adapté du bouquin dans le générique. Tout comme je n'aime pas qu'on défende un film lacunaire en disant "oui mais ça ça tu le comprends avec le bouquin". Non, chaque média est totalement indépendant de l'autre. Et si on ôte le truc de la comparaison, je ne vois pas ce qui place Malevil dans les mauvais films. Du coup je demande, pour ma part c'est catégorie dégote.
avatar
Hek
Fondateur à la retraite
Messages : 2900
Date d'inscription : 07/11/2014
Localisation : Brest
http://www.survivarium.net

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 2/4/2017, 17:23
Pour te répondre rapidos (je suis entre deux services - nan, je joue pas au tennis) : le film n'a rien à voir avec le livre et, oui, ça craint. Ils ont utilisé l'idée générale, quelques personnages (souvent 2 compressés dans un), raccourci l'histoire au possible et la fin est une honte.

Pourquoi comparer les deux ? Parce que si tu lis le livre, avant ou après, tu va te rendre compte du gâchis. Quand Kubrick adapte The Shining, il s'éloigne totalement du bouquin et ça ne me pose aucun problème : le film est une réussite, le bouquin n'était pas mauvais, et c'est Kubrick. A la limite, on a juste un pitch : "une famille part garder un hôtel pendant la période de fermeture, et c'est le drame" que chaque auteur a traité différemment.

Mais quand on a un support comme Malevil, qui n'est certes en rien une grande oeuvre littéraire mais avant tout une somme d'excellentes idées, un conte solide, construit avec finesse, qui essaie d'explorer l'humanité de ces survivants sans manichéisme, on évite de l'adapter d'une manière non pas peu fidèle, mais essentiellement infidèle.

Lis le bouquin, et dis-moi ensuite qu'il n'y avait pas moyen d'en tirer un excellent film.

Bon, maintenant, le livre, je l'ai lu y a trente ans, et le film vu y a vingt, depuis j'ai vidé suffisamment de bouteilles pour construire un mur en verre entre le Mexique et les Ztazunis, donc ma mémoire vaut ce qu'elle vaut...
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 2/4/2017, 17:30
Ha ha ha, ben même avec le film Malevil, il y a de quoi faire d'autres excellents films en fait. Mais oui c'est bien la comparaison le truc qui coince. Je lirai Malevil, mais je lis hyper lentement alors pour rebondir dessus, ça sera pas avant.....hmpf, faut déjà que je me le procure. Je lis pas tellement les bouquins sur le net. Je pourrais dire que c'est parce que "amour du support papier" etc et c'est pas faux, mais c'est surtout parce que je lis dans mon plumard avant de dormir ou aux chiottes. Et faire ça avec un pc....voilà quoi.

Mais clairement, j'ai envie de lire le bouquin. Je pensais que t'avais détesté le film parce qu'on voit un chocon à la broche à la fin en fait. Ca n'a pas dû aider c'est sûr.
avatar
Hek
Fondateur à la retraite
Messages : 2900
Date d'inscription : 07/11/2014
Localisation : Brest
http://www.survivarium.net

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 2/4/2017, 17:54
Bazar a écrit:c'est surtout parce que je lis dans mon plumard avant de dormir ou aux chiottes

Ben merde, je connaissais que ces deux façons.
Ah non, y a le train aussi. Quand je suis allongé à l'ombre de Marguerite et que je le regarde passer.

Et puis, c’est quoi un chocon !? Je suis sûr que ça n'a rein à voir avec un choçon aux pommes. Peut-être un terme belge pour désigner un individu mal-comprenant et sanguin.
avatar
Mad Wolf
A posté + de 100 fois sans mourir
A posté + de 100 fois sans mourir
Messages : 115
Date d'inscription : 01/08/2016
Localisation : Namur (Belgique)

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 3/4/2017, 08:51
Je profite d'un passage éclair pour répondre à Kouic au sujet de sa demande concernant les livres : 

L'excellent "Guide de survie en territoire zombie" de Max Brooks (auteur de World War Z également) : 

un excellent bouquin, bourré d'humour, de référence et en outre suffisamment bien tronché pour sembler réaliste! Cela passe des différentes armes à privilégier à la coupe de cheveux à adopter en passant par les différentes situations et leurs degré de merditude en cas d'infection Z! De plus il offre l'intérêt d'être présenté comme un véritable guide de survie et non un roman, ce qui permet  une lecture à la cool en lisant (au chiottes par exemple) un chapitre qui vous parle pour revenir ensuite à un autre sans suivi obligatoire! Un élément quasi indispensable qui a en outre l'avantage d'être suffisamment petit pour être glissé entre le sleeping bag et votre batte de baseball dans votre sac à dos sans devoir recycler votre boite de conserve acquise au péril de votre vie!

Je suis une légende de Richard Matheson : 

Plus sombre, plus en teinte de gris que le film, un sentiment de solitude bien plus présent et un héros, bien loin de l'image de good guy qu'incarne Will Smith à l'écran, même si vous avez vu le film, lire le livre n'est pas redondant, ce n'est pas la même histoire! 

The Road de Cormac McCarthy

Le film est une adaptation fidèle et est pour ma part, mieux que le livre que j'ai trouvé chiant, bien sûr plus de détail dans le roman (ce qui est normal) mais long et fastidieux pour moi en tout cas, avis somme toute très personnel, beaucoup ont adoré le roman.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 3/4/2017, 11:51
Ah bravo Mad Wolf, un mec qui a les couilles de dire qu'un film dépasse un roman, ça se pose. T'es un ouf toi, tu sniffes du verre pilé. Perso j'ai pas lu le bouquin, mais le film, quel bonheur. Je pense que c'est mon post ap préféré. malgré le délire "si tu manges de 'humain, t'es un méchant". Ca c'était de la connerie. Les prisonniers des pires prisons du monde qui vivent à 7000 dans des établissements 200 place ou ceux qui n'ont que 250 gr de bouffe par jour pour des centaines de prisonniers (c'est absolument véridique) approuvent, le cannibalisme, c'est plus de la survie que du fanclub d'Hannibal Lecter au bout d'un moment.



Pas que je fasse une fixette sur les films de Danny Boyle avec Gillian Murphy et la musique de John Murphy, mais BeTV (l'équivalent belge de Canal+) l'a diffusé en fin de nuit alors j'ai rematé et me suis dit que c'était pas une mauvaise idée d'en parler.

Sunshine est un scénario simplissime et grotesque avec de la symbolique vachement plus complexe et parfois un peu alambiquée.

En gros, dans un futur vachement lointain, le soleil ne va pas gonfler comme prévu avant de claquer, mais s'éteindre. Et on a de quoi lui donner un coup de boost avec une bonne grosse charge nucléaire. Le soleil doit être allergique à la fission nucléaire, parce qu'outre ça c'est à peine une piqûre d'insecte mais soit, ok on va dire qu'on y croit. Le but est donc de faire péter la charge portée par un vaisseau protégé par un énorme bouclier.

Ce film est cool, il rappelle assez fortement le jeu Mush, un jeu multi gratuit sur le net que je vous recommande de tester. Vous avez le physicien, le chef, la biologiste qui gère les serres de plantes à oxygène et un casting vraiment pas dégueux puisqu'il va vous faire sourire en découvrant des acteurs dont vous connaîtrez soit le nom, soit au moins un film où vous les avez vus. Et des acteurs d'un tas d'origines.

L'intérêt principal est de voir les différentes situations et les choix que font les personnages. La psychologie est bien traitée et on notera le concours d'une IA qui, pour une fois, est au total service de l'être humain et n'inclut pas son soi dans les choix à faire. Elle aide, expose des faits et c'est tout.

Bien sûr, ça va partir en sucettes au bout d'un moment et le méchant, car il y en a un, va foutre un boxon pas possible en les éliminant les uns après les autres, quand les erreurs ne viendront pas du propre équipage.

Cette dernière partie est d'ailleurs la moins bonne. Si les deux premiers tiers du film sont prenants et séduisants, l'aspect parabole s'incruste assez salement par la suite et tout va trop vite. On a presque l'impression que le film est à la bourre et rushe ses propos pour tout mettre au lieu d'en abandonner certains au profit d'un film plus simple, mais plus harmonieux.

Il y a une thématique en substance intéressante sur l'instinct de préservation, la foi, en l'humanité ou envers le divin et également une critique plutôt unilatérale sur God Bless America. Le seul souci, et ça tu le verras via le film, c'est que le perso qui est pour Dieu plutôt que l'humain a vraiment des pouvoirs surnaturels. Donc ce que veut nous dire le film c'est;.....c'est quoi au juste ? Le propos n'est pas clair la transition expédition/slasher fait tomber l'ensemble d'un niveau d'intérêt dont on se serait contenté. Je dégote malgré ça, ça reste une réussite.

Ah, et de même que Sam est le vrai héros et Frodon le simple exécutant de la quête, Chris Evans est le Sam de Gillian Murphy. Pour moi c'est lui le héros. Big up Captain America.




Légion, c'est un film qui aurait pu être sacrément cool à voir et qui a son petit grain d'originalité. On a tous bien cassé les couilles à Dieu qui, dans un élan de colère, nous envoie anges et humains zombifiés pour nous butter. Dit comme ça, on pose son cerveau sur son tabouret en bois relié de cuir et on se détend en savourant le spectacle. Sauf que le cerveau à côté, il lâche ses comms un peu trop souvent.

Qu'un ange pique des armes et fasse sauter la porte de la réserve en forme de croix béante et en sorte des sac à la main au ralenti, c'est le genre de merde qu'on pardonne plus ou moins parce que c'est ridicule, mais que les gosses de 10 ans doivent kiffer quand même. Et que ça se déroule aux usa dans une zone qui flaire le bord de route 66, classique, mais on aime bien. Ce qui casse vraiment les couilles, c'est que Dieu est super con. Il a tout créé, mais nous reproche de nous entretuer alors qu'on est quand même plu sympas que des black mambas ou des fourmis. Il doit absolument tuer Nouveau Jésus qui va naître ( ouais, le mec qui est déjà mort pour nous absoudre de nos fautes, cette fois il doit le tuer lui-même ), mais s'y prend en envoyant d'abord un seul zombie, contre une dizaine d'humains dont plusieurs sont armés, puis quelques zombies contre des humains armées et préparés, et aidés de St Michel de surcroit. Et seulement après il envoie du sérieux. Moi, si je veux me débarrasser d'une fourmilière, je la noie directe, je mets pas une goutte d'eau en avertissement. Et tout le film, c'est ça. Les méchants sont cons comme pas permis et le tout traité de façon sérieuse. Alors que le même film avec Eddie Murphy en St Michel et des punchlines, de l'humour sauce années 80 et des explosions exagérées toutes les 3 minutes, ça aurait été bien mieux. Légion veut trop se la jouer dramatique alors qu'on s'en fout, ça aurait dû rester un film d'action "bête et efficace".

Bon, après, entre des scènes de bla bla chiantes, il y a des scènes d'action plutôt sympa, avec un emploi de la 3D dégueulasse mais ça flingue, ça y croit, il y a même une baston entre Michel et Gabriel qui n'a pas à rougir par rapport à tous les combats craignos que ça aurait pu donner.  Et à la fin du film, on comprend que dieu n'est pas si si stupide que ça quand même. Mais ça reste un gros con. A tel point qu'il ne peut logiquement prétendre être Dieu ni meilleur que nous. Ou alors les dictateurs type Mao, Hitler et Kim sont ses plus proches cousins.

En bref, un film d'action sympa mais avec trop peu d'action et des phases de blabla/ film d'horreur chiantes menant sur un scénario bancal même quand on essaye d'y croire, je dégomme. Mais je vous incite quand même à le voir, par curiosité.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 8/4/2017, 19:00
Si je vous dis: France, courses-poursuites et 1998, vous me répondez.....Taxi ? Ah oui, c'est vrai. Bon, et si je vous dis France, courses-poursuites, 1998 et l'acteur qui a incarné un taxi, mais punk et dingue, vous me répondez ? Eh ouais, Ronin


J'ai eu un peu de mal à mettre un film de courses dans la catégorie dégomme et pour plusieurs raisons. Soit je ne les ai pas vus parce que ça ne m'intéressait pas de les voir, soit je ne les ai vus qu'une fois et ils étaient tant oubliables qu'il faudrait me les retaper pour écrire dessus. Et je n'en n'avais pas envie. J'ai aussi évité les films trop faciles à dégommer, comme Taxi 4, ou ceux qui sont juste bof mais montrent ce qu'on attend d'eux, c'est à dire du bof. Comme Need for Speed. Pourquoi Ronin alors ?

Déjà, parce qu'il n'est plus si connu que ça. Taxi, sortant en même temps, l'a un peu éclipsé et Ronin a, curieusement, souffert d'une comparaison dont il aurait dû sortir vainqueur sur un plan qualitatif. Les courses dans Ronin sont de très bonne qualité et offrent une sorte de réalisme sobre, et donc prenant. On cherche à montrer des courses plausibles, bien qu'aménagées dans des scènes d'action où ça flingue un peu. Et en guise de porte-flingues, c'est du lourd.

Jean Reno et Robert de Niro se partagent l'affiche, mais le casting est globalement impressionnant. Il y a même Sean bean et il ne meurt pas, c'est fou ça non ? L'histoire parle d'un groupe de mercenaires, sortes de ronins modernes, qui doivent coopérer pour un vol de mallette. La mission connaîtra des complications et mènera l'équipe à plusieurs lieux de France et à plusieurs contrecoups au cours de la mission. Dit comme ça, ça sent bon. Pourquoi je le dégomme alors ?

Parce que ce film a deux problèmes majeurs. L'intrigue trop simple est desservie par un manque d'informations du film envers le spectateur. Si on apprécie les mercenaires pour leur charisme et parce que les acteurs sont bons, on ignore quasi tout de leurs personnages, de ce que contient la mallette à récupérer, du commanditaire et de ceux à qui on la chope. On navigue dans un flou bien trop général pour vraiment s'attacher à l'histoire ou aux personnages. A part Michael Lonsdale qui apporte une sorte d'humanisation au milieu du film, tout sent le plastique et on aurait aimé être plus confortablement installé dans l'histoire et le ressenti des protagonistes.

L'autre souci, c'est le rythme. Arrivé à la moitié du film, on commence à en avoir un peu marre de voir les héros siroter du café en se demandant comment choper la mallette et ce qu'il y a dedans. Les scènes d'action restent bonnes de bout à bout mais on finit par s'en foutre, on a plus l'impression que Ronin nous a lâchés pour vivre sa vie de son côté. Et la fin se veut classe, et elle l'est, mais finit sur une note d'égoïsme du film. T'as pas appris grand chose quoi, et t'aurais voulu.

Au final, je vous invite à voir Ronin pour ses acteurs, son action et ses vues de la France, mais ne vous étonnez pas si vous finissez le visionnage en étant content de l'avoir vu, mais pas forcément prêt à le revoir un jour. Pourtant, il aurait pu être démentiel, vu ses bons points.


Vanishing Point, ou Point Limite Zero, vous dira peut-être quelque chose si vous avez vu Death Proof de Tarantino, ou Boulevard de la Mort, de...ben de Tarantino, ça ça ne se traduit pas. Les filles qui vont voir Jasper pour essayer une bagnole qui ne a sous le capot, c'est la bagnole de Vanishing Point, que le film cite dans deux scènes différentes. Sacré Quentin.

Vanishing Point, c'est ce film qui te semble vieux et pas engageant, que tu lances avec à peu près autant d'entrain que la première fois que tu regardes Duel, et qui au final te tient attentif jusqu'à la fin, générique compris.

L'histoire est aussi simple, c'est celle d'un pilote ex-flic qui doit livrer la bagnole d'un point à l'autre des USA en un timing qui imposera de ne jamais se risquer aux vitesses réglementaires. Le pilote se drogue pour ne pas dormir, fonce et ne salue pas ses anciens collègues qui cherchent à l'arrêter sur près de 2000 Km de course. Road movie par essence (hu hu), les scènes de vitesse et de découvertes des habitants, que le héros croise lors de ses pauses drogue ou plein de carbu, présentent un tableau subversif et libertaire par rapport aux autorités représentées comme des brimeurs de libertés. On est dans l'esprit anticonformiste propre au Nouvel Hollywood, qui a vu poindre une chiée de films contrant le style traditionnel d'Hollywood. Les héros boivent, baisent, le monde est violent. Je parlais de Taxi Driver en introduisant Ronin, c'est du Nouvel Hollywood. Monde pas jojo quoi, pour te résumer le truc.

Il y a dans Vanishing Point une symbolique, une critique de la société et le positionnement par rapport à la liberté. Parce que si le héros incarne le dernier américain libre, le film se permet même une pointe de nuance en nous montrant qu'être totalement libre, c'est pas non plus une solution. Et ça c'est génial. Ajoutons à ça qu'il date de quelques années avant le tout premier Mad Max et que ce dernier a été inspiré par Point Limite Zéro, tu commences à mesurer la portée de ce film dans l'univers du cinéma et de ce qui en a découlé ?

Bref, il faut le voir. Il est marquant, a globalement très bien vieilli et offre ses moments de tension, de drame et d'amusement. C'est un film plutôt oublié qui ne devrait jamais l'être. Vanishing Point, on dégote.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 15/4/2017, 13:12
J'ai vu la Horde, Kouic. Et je mets en dégomme aussi. Pourtant j'aime beaucoup Yannick Dahan, le réal qui fait de très bonnes critiques sur Opération Frisson, dont une floppée sont dispo sur youtube. Mais effectivement le film est plutôt raté. Le final est cool avec les 300 Z dans le parking et le papy qui dégomme à la gatling, mais le jeu des acteurs qui veulent paraître aussi dur que les gangsters des films d'Olivier Marshall, le tout trop sombre qui amoindrit l'impact des gunfights et des dialogues sans aucun intérêt font que oui, c'est sympa à avoir vu pour son côté film de Z français, mais ça aurait pu être nettement mieux.

Il m'a rappelé le film anglais Attack the Block. C'est quasi le même truc dans ses bons et mauvais points, si ce n'est que le film anglais met en scène des aliens et qu'il s'en sort un peu mieux.
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 15/4/2017, 15:11
On va dire que comme representant de film zombie fr on aurait pu avoir bien pire. 

En ce moment je lis metro 2033, il est pas mal même si y a pas mal de délires psychiques. Je vais enquiller avec le jeu qui m'avait l'air moins vaudou, plus réaliste.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 15/4/2017, 15:34
Oui voilà, pas honteux, mais malheureusement pas de quoi faire comprendre aux producteurs que si on met le pognon dans du film de zombies, ça peut donner de bonnes choses.

Pour 2033, tu as deux jeux, un plus axé action et un autre plus tension. Choisis celui qui te convient le mieux. ^^
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 15/4/2017, 15:44
J'ai pris le bundle qui contient les deux  Cool
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 16/4/2017, 20:23
J'ai pas encore joué à celui axé action, mais l'autre est cool.

J'espère que ça vous a manqué, voici le d&d du jour. Thématique Zombies, certes, mais surtout zombies qui courent et envahissent en marrée humaine.


Alors, World War Z, normalement, tu as vu. Et si t'as pas vu, c'est parce que tu as perdu ta curiosité en entendant à quel point il se faisait basher par les gens qui ont généreusement craché dessus pour quelques uns qui ont bien kiffé le machin. Voilà mon avis sur ce film.

C'est pas un mauvais film. Il n'est ni gore, ni effrayant, et on peut même dire qu'il ne fait pas peur du tout, mais je doute que ce soient les intentions voulues. L'histoire est celle d'un mec, ancien agent, qui échappe avec sa famille à une invasion d'infectés dans sa ville et mène une enquête à travers plusieurs pays pour trouver le patient zéro, pour trouver un vaccin.

Dit comme ça, c'est cool. Sauf qu'il y a plein de failles. Le mec ancien agent, c'est Brad Pitt. Et le film, il le sait. On amène un hélico pour lui le lendemain de l'invasion, on l'envoie lui et lui seul (avec des soldats qui ne servent qu'à tirer) accompagner un seul virologue diplômé de Harvard mais plus jeune que certains de tes slips. S'en suivent des fails, des voyages, Brad Pitt qui pige tout mieux que tout le monde parce que bordel, en fait c'est vraiment le seul type doté d'un sens de l'observation. Je comprends qu'on amène un hélico juste pour lui au final, les autres se contentent de jouer les standardistes et menacer Brad Pitt de renvoyer sa famille crever en zone infectée.

World War Z pêche par un américanisme mal assumé, mais présent. C'est GI Joe qui pense faire du X-com. Dans X-com, l'invasion est mondiale et la solution l'est également. T'as des gens de tous les pays, une lutte mondiale, mais ce sont des ricains qui s'occupent de tout. Les autres se contentent de mollement se défendre. Enfin si, t'as la Corée du Nord qui a trouvé une solution, pragmatique et seulement abordée pour en vendre une vision aussi barbare que grotesque.

Et pourtant, ils avaient les acteurs pour faire de la coop mondiale. Le dernier tiers du film se passe dans un labo où t'as Moritz Bleibtreu (merci wiki pour l'orthographe) qui est l'acteur allemand le plus en vogue. Cours, Lola Cours, Soul Kitchen, L'Expérience (version allemande), c'est lui. Et chez les italiens, t'as Pierfrancesco Favino, l'italien en vogue que tu peux voir dans Romanzo Criminale (que je recommande très chaudement il est génial) Suburra (pareil mais en VO et bluray obligatoires ou le film est altéré) ou dans la pub actuelle de San Pellegrino....eh ouais, crescendo la classe. Ah et t'as aussi Dr Who, ça c'est pour le public extraterrestre.

Si tu as ces acteurs sous la main, pourquoi ils sont dans un labo tout moisi à la fin du film ? Pourquoi il faut que USBrad vienne en messie les aider à l'aider à sauver le monde ? Tu vois, non seulement World War Z n'a rien de bien viscérale comme film, mais en plus il est enclavé dans ses problèmes de grosse prod. Par exemple aucun enfant ne meurt durant cette invasion. Les parents crèvent, mais tout le monde sait qu'un enfant survit seul ou sert à handicaper les adultes.

Ah, et si t'as entendu parler de truc cool parce qu'on visite du pays, c'est vrai. Pour les USA et Israël. Le reste, c'est du hangar la nuit où tu vois rien, du labo obscur où tu vois rien, l'intérieur d'un gros navion où tu vois rien.

Alors, qu'est-ce qui est bien dans WWZ ? Déjà, c'est pas chiant. C'est bancal, c'est aseptisé, c'est con, mais t'aimes malgré tout suivre la quête de Brad Pitt le seul enquêteur sur 7 milliards d'humains. Les effets spéciaux sont inégaux, mais la marée de corps qui envahit les rues, les ruées dans les foules etc, ça a son côté aqueux envahissant implacable et, perso, j'ai bien aimé.

C'est aussi plutôt bien dosé pour un film qui doit être édulcoré tout en racontant la mort de millions de gens. Et il y a de bonnes idées, comme la contamination rapide (12 secondes à 10 minutes, même si Brad Pitt il considère qu'après 12 secondes c'est bon on peut déclarer un exposé sain et que le film acceptera son compromis à chaque fois), le voyage, même si comme dit plus haut c'est cheap pour du film gros budget, les images ou anecdotes sur qui s'est organisé et comment pour se défendre, même si c'est par des images rapides diffusées sur des télés ou par de dialogues de personnages. C'est aussi un film qui justifie que les zombies ne s'attaquent pas entre eux. Et ça, ça fait plaisir. Il évite également de pointer du doigt l'Homme comme responsable de ce malheur. Si ce n'est pas exclus, le film tend à laisser penser que la cause est naturelle. 

Au final et même si les bons points ont un "mais" pour la plupart, le film est intéressant. Ne serait-ce que pour voir comment il aurait pu être meilleur. Perso, j'en aurais fait 3. Un pour l'invasion aux USA vécue par Brad et sa famille, un pour la recherche du patient zéro ou du vaccin à travers le monde, un pour un huis clos dans le labo où c'est un peu la zone de la dernière chance. Tu peux faire trois films avec cette histoire, mais en développant correctement chaque acte. Comme 28 jours/semaines plus tard en fait, là ils savent quand s'arrêter. Après WWZ, tu ne connais toujours pas Brad Pitt et te demandes à quoi a bien pu servir sa famille à part l'handicaper et coûter la vie de gens via un des nombreux fails du film destinés à empêcher les plans les plus simples de bien se dérouler.

On dégomme donc, même si ça reste un film sympa à voir si on n'a pas grande exigence ni attente. C'est pas de la merde quoi, c'est juste plutôt bof et vu le budget, on aurait pu en attendre beaucoup mieux. 


Et là, on a du lourd.  Dernier Train pour Busan, ou 부산행 et oui, je sais, j'ai une calligraphie impeccable. C'est 10 ans de copier/coller ça, c'est encore plus chaud à faire que les haiku.

Un virus envahit la Corée tandis que nos protagonistes sont dans un train peinard au début, puis infecté et cherchant une gare dans le pays où les Zombies n'ont pas encore tout mordu. C'est le concept.

Il est sacrément bon ce film, et là aussi tu as trois sortes de pans.

Le premier acte, c'est la tension. On te pose l'ambiance, les personnages, y a du gore, mais pas abusif, du stress et une sacrée situation de merde pour les survivants coupés entre deux voitures de trains remplies de zombies. Tu as des idées géniales, comme le fait qu'au début, le personnel et le conducteur ignorent ce qu'il se passe à l'intérieur, et donc agissent normalement. Tu as aussi l'emmerdant d'être dans un train rapide et linéaire, sur une voie qui ne permet elle-même pas énormément d'amplitude. C'est prenant, crispant, d'autant qu'aucun des personnages n'est un gros boulet qui gaffe ou un personnage insupportable que tu veux voir crever. Même la gamine du film est cool.

La seconde partie vire (un peu malheureusement) à une phase plus action qui va pomper tout l'aspect stress de la première. Si t'as jamais vu un lutteur mettre une raclée à des Z avec une force et un cardio que t'auras jamais, ça sera chose faite. La phase action est vraiment chouette et contient aussi ses quêtes, ses choix, mais sans l'espèce d'horreur installée au début. Les zombies deviennent plus des bestioles chiantes qu'un promesse inéluctable de mort.

Et la troisième partie, c'est la véritable raison du film: à savoir un film basé sur l'amour, la bravoure, la fidélité, envers soi et les autres. Les zombies deviennent là un prétexte pour raconter au final l'évolution d'une relation entre une gamine et son père, l'entraide de gens allant jusqu'au sacrifice pour des zigs rencontrés il y a à peine quelques heures, tout ça tout ça. C'est très bien fait donc bouleversant, beau et malheureusement un peu trop lissé pour que ce soit beau et bouleversant. Si les émotions fonctionnent et qu'on assiste à un très bon film, auquel on repense encore après, la mise en scène et les actes des personnages perdent en crédibilité pour servir cet aspect larmoyant. Par exemple, un personnage a empiré au cours du film. Très bien. Il va même jusqu'à sacrifier un autre personnage pour survivre. Ok, toujours très bien.

Sauf que tout ce qu'il va faire par la suite, c'est causer la mort d'autres personnages mais de façon totalement exagérée. C'est limite s'il ne va pas faire un détour pour choper un "gentil" et le lancer en pâture aux zombies. J'exagère à peine. La scène marquante et efficace du premier sacrifice rend ce personnage odieux, mais combien d 'entre nous auraient le manichéisme de risquer de mourir à deux si on peut s'en sortir tout seul ? Malheureusement, ce perso qui prend une dimension terrible, mais crue et "pardonnable" se change en vrai lâche qui va à lui tout seul décimer la plupart des héros restants. Et juste parce qu'il est con et lâche, ce n'est même pas volontaire.

Autre déception, le film emprunte une fin convenue évitant les choses les plus terribles. C'est une fin triste, mais sobre, pour un film coréen je m'attendais à franchement plus horrible. parce que c'est ça qu'on aime avec les coréens, leur cinéma ne s'embarrasse pas trop de conventions ou de choses qu'il faut éviter pour choquer le public. Ils s'en foutent et c'est bon. Mais là, le film est plutôt clément et cherche à faire larmoyer sur un final beau, mais plus superficiel qu'un final encore plus cruel et qui aurait, paradoxalement, semblé moins gratuit.

Dernier Train pour Busan, c'est excellent, ça vous captive et vous allez en adorer ce qui faisait la qualité de WWZ, à savoir cette sensation d'impuissance face à une marée de zombies. Et quand j'évoque ses défauts, je pinaille, je les expose juste parce que si on est tenté d'être complètement emporté par ce que le film parvient à toucher dans notre émotion, il n'en demeure pas moins piqué de plusieurs défauts qui le font passer de film absolu de zombies à un excellent film qu'il faut voir et qui laissera des images fortes en tête après le générique de fin. On dégote.
avatar
Varthak
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 180
Date d'inscription : 24/08/2016

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 19/4/2017, 18:50
Le Dernier Train pour Busan, je confirme, très sympa. ça vaut vraiment le coup de regarder. (découvert via les vidéos du fossoyeur)


Vu qu'on parle de Stephen King, le Fléau est bien sympa. Monde post apocalyptique, mais sans zombie par contre. Trois volumes plutôt copieux, parfois un peu longuet, mais très bon souvenir. Par contre, le film, pouvez passer votre chemin. Éventuellement, après avoir lu les livres, histoire de prendre un cour, sur comment raté complétement une suite de film à partir d'une bonne histoire.


Sinon, merci pour la rubrique, de bonnes infos, des critiques comme je les aimes et un bon moment de lecture.
Merci à vous.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 19/4/2017, 19:25
Ah merci Varthak ça fait plaisir. Et tu as raison les adaptations des films de Stephen King c'est très inégal. D'un côté t'as Misery, très bon, de l'autre la Tempête du Siècle. Voilà quoi....

Si tu veux proposer des films Varthak n'hésite pas, même en avis très court c'est pas grave avec Kouic j'ai découvert deux films et merci à lui.

Et vive François Theurel, j'aime beaucoup ce qu'il fait, là où beaucoup de vidéastes youtube me gonflent très vite.
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 19/4/2017, 21:29
J'ai vu "dernier train pour busan" et j'ai beaucoup aimé !

Merci Hasard !

Le film est très bien fait, j'ai eu peur qu'on tombe dans la caricature mais finalement ça passe très bien.


Pour World War Z je trouve que le scénario est vu et revu. Pour le coup "dernier train pour busan" est original ne serait-ce que par sa localisation. 

WWZ reste quand même très bien fait et certaines scènes méritent le détour. Niveau histoire, il vaut mieux se pencher sur le livre qui vous fera voyager aussi car chaque chapitre relate l'infection vu par un personnage différent un peu partout dans le monde.

Il y'a beaucoup d'aspect différents qui y sont abordés. Il y'a même un chapitre vu par un Otaku.
Et dans le livre les zombies marchent et ça change tout !
Bref il y'a plein d'histoires pouvant donner matière à faire un film.


Continue de nous conseiller des chefs d'oeuvres !
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 19/4/2017, 22:00
Oh ben de rien. Non à part le méchant qui vire caricature chiante à la fin, tous les personnages sont bons et bien pensés dans Busan. Surtout les gosses, pour une fois qu'on n'en fait pas des têtes à claques. Elle est géniale la gamine dans ce film. Puis le scénar est simple, mais c'est sa réalisation et le parcours des personnages qui importe. Au final des films originaux par leurs scénars, c'est assez rare. On te change les épices et la cuisson, mais ça reste du boeuf.

D'après ce que tu dis oui le livre WWZ est très très différent du film. J'avoue ignorer si les bons points du film sont en fait la simple transposition du livre ou pas. ^^ Mais comme je le lirai un jour, ça sera plus clair.

Niveau films vous avez des tendances ou préférences ? Parce que je focalise un peu films zombies/post ap là mais je compte aussi mettre du film d'action, des animations etc. A part le porno et le snuff movie, tout est permis. Et encore, pour le porno, ça pourrait être drôle. Mais j'en connais peu au final, entre canal+ crypté et la venue du porno sur mesure avec le net, j'ai pas tellement pénétré le sujet.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 19/4/2017, 23:35
Pour la petite anecdote, j'ai un frère qui est enseignant en latin et qui, en parlant de Mel Gibson à sa classe (normal quoi), s'est rendu compte qu'une seule élève de 12 ans sur toute la classe entière voyait qui était Mel Gibson. Et encore, vaguement, en tant que mec qui a fait un film sur le Christ. Mais, bien sûr, tous sans exception, voyaient très bien qui est Cristina Cordula, dont beaucoup l'adorent. Si Cordula n'est pas le pire des trucs à exposer aux jeunes (je parle bien d'elle, pas des nunuches candidates des reines du shopping qui vomissent leur fantasme envers Kardachiante), Payback est indispensable à montrer à tout le monde. Même aux enfants. J'avais 12 ans quand je l'ai vu et je vais très bien.


Payback, c'est une histoire simple, comme on les aime. Porter, Mel Gibson, se fait trahir lors d'un vol de pognon par son associé et sa pute de femme (c'est sa profession) et est laissé pour mort. Sauf qu'il survit, récupère la santé et veut  également récupérer son fric. Et comme personne ne veut lui rendre, ben forcément l'espérance de vie des personnages chute drastiquement.

Payback est une pépite savoureuse, un film qui réussit un numéro de funambule adroit entre le danger d'un film exagérément dramatique pour jouer la série noire et un film d'action avec un héros qui claque et veut t'en mettre plein la vue. C'est noir, ça claque, mais toujours dans une justesse suffisamment rare pour être saluée, sinon admirée.

Le héros est un hardboiled intransigeant et frontal qui, et on notera l'originalité, se braque (hu hu) sur le fric qu'il doit récupérer et sur sa part exacte plutôt que sur son envie de piller ses ennemis ou de jouer à celui qui a une colère à décharger. Fidèle à ses principes en bon monomaniaque qu'on aime, il offre le tour de force de nous montrer un personnage antipathique, sévère mais attachant et cyniquement drôle. Les vannes de Porter qui ne sont en rien des punchlines forcées de mec qui veut être cool comme tout le monde fait maintenant, y compris Dark Vador. Le portrait des méchants, qui en deux ou trois traits et grâce au talent des acteurs, existent tous avec une identité propre comme les méchants de Die Hard ou de Kill Bill, est une réussite totale. On notera même que le personnage le plus sympathique et décalé du film est un des pontes des crapules, dont on se demande s'il ne s'est pas un peu trompé de métier. Et surtout, on te vend un personnage antihéroïque et badass sans chercher à exacerber ce trait. Porter est bon et dangereux parce que c'est un molosse et un truand expérimenté, pas un fana de scènes d'action qui esquive les balles sans bouger. D'ailleurs, les scènes d'action sont sobres et plutôt rares. On voit plus souvent des exécutions et la violence se traduit surtout par le détail de la mise en scène et les dialogues. C'est comme les vieux Gabin, où tu avais la sensation d'avoir assisté à une bagarre alors qu'aucun coup n'avait été porté.

Il y a plusieurs films qui ont comme un goût du GTA de rockstar, Hypertension ou l'Impasse, par exemple, mais c'est Payback qui, selon moi, constitue le meilleur GTA en film. Et on est plus sur le GTA4 ou même le 3, les plus sombres, plus urbains et où le héros est traité avec un certain réalisme. Puis Mel Gibson quoi ! Moi, il y a deux acteurs que j'aime voir tuer et de la façon la plus noire qui soit, ce sont Mel Gibson et Tom Cruise. Ils ont une violence naturelle, mais latente, que j'adore. D'ailleurs, je parlerai de Collatéral avec Cruise un jour.

En bref, Payback, il faut le voir. Génial du début à la fin, bien rythmé, avec une certaine audace et une mise à l'honneur des villes sales, des ambiances sombres et des personnages emprisonnés dans un engrenage de violence. C'est du caviar pour les amateurs du genre. Garanti sans pathos ni frime pour la frime, vous allez vous marrer devant des personnages qui, pourtant, ne vivent pas grand chose de drôle, mais le prennent d'une façon parfois très décalée. Il y a de l'humour hors diégèse, perso j'ai la banane et suis prêt à ma le mater plusieurs fois de suite alors que c'est une histoire loin du feelgood movie. Mais jouissive par son traitement. Et rien que pour ça, on dégote.



Equalizer, avant toute chose, c'est un film très sympa à voir et qui a loupé de peu le fait d'être génial. Denzel, un simple employé dans un magasin de bricolage, va se prendre d'affection pour une jeune prostituée bossant pour des russes. Il va tenter de l'aider mais, bien sûr, les vendeurs de vodka du quartier vont connaître une chute drastique de leur chiffre d'affaires.

Denzel Washington est bon. Bien entendu, il double son monsieur bricolo avec un personnage superhéroïque qui  te tend la joue gauche pendant ses heures de service et vient te gifler à coup de marteaux pendant sa pause déjeuner. Et c'est pas une image.

Les scènes d'actions ne sont pas nombreuses, mais il y a une saveur à voir opérer ce double visage du tueur repenti qui aide son prochain en génocidant ses ennemis. J'aurais chaudement recommandé Equalizer si, malheureusement, il ne chutait pas dans son envie de trop bien faire.

C'est chaud, à l'heure actuelle, de produire un héros sombre et nuancé qui use de la violence pour faire le bien sans porter une armure noire ni nous emmerder avec de la morale de livre éducatif pour enfants. Ce n'est pas ce que fait Bricoloboy mais, malheureusement, le film cherche un peu trop lourdement à le magnifier. Et il en devient lisse, malgré son côté un peu justicier dans la ville. C'est le mec qui observe tout, aide tout le monde sans raison, veut négocier avec les méchants, mais n'y arrive juste pas assez pour justifier de devoir les butter après. De ce qu'il vit, ce qu'il fait à la façon dont il est mis en scène, y compris de la façon dont les vilains se positionnent par rapport à lui, tu as une insistance qui devient lourde sur le "oh mais regarde comme il est classe mon héros tout beau et tout puissant malgré qu'il n'est pas tout en muscles huilés".  Plus de sobriété aurait aidé Denzel Washington à bien équilibrer son personnage, parce que lui il le fait le boulot.

Autre souci, le vilain. Les vilains, même. Des russes. Des macs russes en costumes avec leur accent dégueulasse et leurs regards froids de tueurs. Mwarf. Bon, c'est con, mais si encore le supervilain était cool. On te le vend comme ça en plus. Il comprend à la première scène de crime de l'Equalizer comment il s'y est pris. Il enquête sur lui, le jauge, médite dans son canapé de mafieux russe torse nu pour exposer ses nombreux tatouages de mafieux russe qui médite dans son canapé de mafieux russe plein de tatouages. On en fait l'espèce de reflet de Denzel pendant quasi deux heures. Et à la fin, il se fait avoir comme une merde alors qu'il a attaqu2 Bricolol avec ses sbires et tous armés jusqu'aux dents là où notre héros est seul avec sa bite et son marteau. Fait chier un peu non ?

Puis, surtout, aucun personnage n'est attachant. Tout repose sur Denzel, mais il est aussi charismatique qu'il est trop lisse, la prostituée qu'il aide se résume à une adolescente qui se fait sauver malgré elle par le héros qui lui ordonne presque de se trouver un amour-propre, et les méchants, comme les personnages secondaires, sont aussi utiles qu'une capote usagée. Si tu as vu ou vas voir Payback, t'as une scène, dans une voiture, qui établit le désir de changement de vie de la pute de service. Ben c'est une belle scène, sobre, basée sur les attitudes et qui se résume en deux phrases courtes des personnages. Et voilà, t'as plus d'impact dans Payback avec ça que dans Equalizer en deux scènes de dialogues sans aucun intérêt. C'est du fonctionne servi cru, une musique de mise en attente téléphonique avant les scènes viriles qui semblent constituer le seul intérêt de l'histoire. Mais avec un héros dont à aucun moment tu ne crains pour sa vie, il est à la fois Jésus et son père.

D'ailleurs j'y pense, mais le seul méchant un peu cool, il crève au début. Comme une merde aussi, mais avant ça il a un bon échange avec Bricobalt. Bon.

Bref, Equalizer, tu regardes si tu veux, les scènes d'action sont sympas et le flm n'est qu'un peu chiant, surtout qu'il dure deux heures là où 1H30 auraient largement suffi. Mais c'est pas un incontournable du tout et, pour peu que tu sois un poil exigeant, il va t'énerver par la façon dont il a les capacités à être génial mais s'échine à vouloir trop en faire là où il ne faudrait pas et pas assez là où on en voudrait plus. On dégomme, mais sans véhémence. Ca reste un bon divertissement.


Dernière édition par Hasard le 20/4/2017, 16:23, édité 1 fois
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 20/4/2017, 16:17
Décidément je pensais avoir vu tous les classiques et bien je vais rajouter payback sur ma liste :-p

Pour equalizer, une chose m'a choqué mais c'est peut etre que dans ma tete, j'avais quand meme l impression de regarder un film de propagande. Sortit lors des debuts de la nouvelle guerre froide on pourrait faire un parallèle entre denzel et obama, tout les deux afro americain, ancien membre de la cia, cool, proche du peuple par leur attitude, sauvant la veuve et l'orphelin. Dans le film, il s'agit d'une prostitue (on pourrait penser aux ukrainiens délivré de l'oppression des mechants russes) et un hispanique qui veut s'elever dans la societe (le reve americain). Au final le film est un duel entre un ancien de la cia et un ancien du kgb. Et pour bien finir le boulot, denzel debarque en russie pour tuer le big boss dans son palais. Un certain vladimir...

J ai trouve ça trop gros et pas assez subtil. Après il est possible que tout cela ne soit que pure coincidence, que je suis parano et qu'il faut que j'arrete de suivre la politique.

Cela dit, j'ai eu la meme impression en regardant le dernier wolverine. J'avais l'impression d'y voir une propagande anti-trump. Bon là je me suis dit que je devenais vraiment parano. C est d ailleurs ce que m'a repondu ma femme a la sortie du ciné.

Mais comme j'ai horreur que ma femme ai raison, j'ai fais des recherches sur internet et j'ai trouve une interview de hugh jackmann (co-realisateur) qui confirmait au figaro avoir voulu imaginer comment serait les Etats-Unis si Trump était élu. Le film ayant été tourné avant les élections.

Bref tout ça pour dire que j'ai horreur des messages politiques subtilement glissé et non assumé (que je sois d'accord ou non avec le message n'est pas le problème) mais quand tu veux faire un film historique ou politique tu fais pas un film de divertissement comme peut l etre wolverine ou equalizer.

Mais ce n'est que mon avis :-p
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 20/4/2017, 16:53
Ben tu as raison, disons que je n'ai pas fait le parallèle entre Denzel et Obama, mais c'est pertinent. Ce qui est sûr, c'est que l'emploi des russes est très grossier et le fait est que le russe de service revient en méchant dans le cinéma hollywoodien. Le français aussi, je sais pas si tu as remarqué. C'est parce que les ricains ont une culture un peu spéciale et que, pour eux, un méchant est cultivé et s'exprime bien. Et à côté, les européens, surtout les français, sont vus comme des tralouzes d'intellos qui lisent du papier au lieu de regarder des trucs sur des tablettes comme tout le monde. Et je n'exagère rien, aux USA actuellement on passe pour un plouc ou quelqu'un d'indécent si on lit un bouquin dans un bar.

Entre le méchant français cultivé parce que les tarlouzes le sont et le raccourci facile de vendre (paradoxalement) des films américains en Europe en y plaçant des scènes en France ou des personnages français, ceci explique cela. Phénomène encore plus marquant avec la Chine. Tu ne risques plus trop de voir beaucoup de méchants chinois grotesques, parce que le marché chinois est à présent très important et que le pays a des règles strictes pour importer des productions étrangères. Il faut qu'un des personnages principaux, voire le héros, soit chinois, ou que le film se passe en partie en Chine. Daniel Craig qui va à Hong Kong dans Skyfall, c'est pour pouvoir diffuser le film dans les salles de cinéma chinoises.

Entre les chinois trop puissants pour être raillés, les européens qu'on flatte en s'en moquant et les africains et arabes qu'il est délicat de diaboliser pour des raisons évidentes aux USA, reste les bons russes ennemis de toujours et les Sud-américains quand tu veux évacuer facilement de la chair à canon pour les gentils. Donc tu as raison, mais c'est très loin de s'arrêter à Equalizer tu as une tendance générale à ça et comme je viens de l'expliquer même le choix des méchants français n'est pas cool. Les producteurs hollywoodiens ont, en ce moment, un contrôle nauséabond sur les films qu'ils pensent avant tout en statistiques et qui véhicule un américanisme primaire très nationaliste, mais à la limite du nationalisme qui vire au racisme. Cela dit, le marché russe est lui aussi notable dans la consommation des films américains. Faut voir s'ils préféreront élargir le marché ou continuer à vendre aux bons yankees des clichés sur les vilains soviets. Attention, je parle bien des films gros budgets, qui ne sont pas d'auteurs comme Tarantino (qui lui met defrançais parce qu'il nous kiffe) et qui ont une tendance action/espionnage. Tout le cinéma américain n'est pas nationaliste bien sûr.

Bref, tu n'es pas parano. Après, même si le méchant d'Equalizer avait été un enturbané qui louait Allah toutes les deux phrases en se battant à coup d'explosifs.......ben déjà j'aurais trouvé ça plus drôle, mais en plus j'aurais essayé de ne pas m'arrêter à cette putasserie de choix de production pour parler du film. Mais ça peut déranger oui, ça m'a emmerdé aussi de voir le traitement des russes. Tiens et c'est vrai que Denzel n'utilise pas d'armes à feu dans le film, il fait tout avec les objets autour de lui. Tain, c'est vraiment Obama en fait, bien joué Kouic.

Bon ben Equalizer en une phrase, c'est Superobaman, sans apparition de Stan Lee. Evil or Very Mad
avatar
Kouic
Admin
Admin
Messages : 1077
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Lorraine

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 20/4/2017, 19:22
D'ailleurs la description que tu fais du héros pourrait coller à Obama Wink
On pourrait citer d'autres exemple comme le fait que les russes se font tuer dans le symbole de la société américaine : La grande surface etc...


Ce qui est vraiment énervant, c'est d'aller au ciné pour voir un film comme "Logan" histoire d'oublier les soucis de la vie et sa réalité et tu te retrouve avec un film qui te fais la morale comme si tu étais un enfant incapable de résonner par soi-même.

http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/03/01/03002-20170301ARTFIG00223-hugh-jackman-je-suis-si-fier-delogan.php (voir la 6ème questions)

On pourra aussi noter qu'il y'a eu beaucoup de méchants francais dans les films américain durant la période où les produits francais étaient boycottés car Chirac était l'un des seuls à s'opposer à la guerre en Irak.

Depuis ça s'est calmé, on est plus les méchants mais les lâches.

Bref le cinéma est parfois utilisé comme une arme de propagande et c'est bien dommage.
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 20/4/2017, 19:32
Je n'ai pas encore vu Logan, le dernier X-Men que j'ai vu c'était le premier de la nouvelle volée d'ailleurs, suis pas à jour du tout. Mais en le voyant je penserai à ça. ^^

Le film le plus dérangeant que j'ai vu, c'est celui avec un joueur de baseball qui doit entraîner une équipe junior pour redorer son image après avoir giflé malmené un gosse à la télé. Tu te dis truc classique du prof qui trouve une rédemption via une petite équipe d'amateurs, enfants de surcroit. Ca respire le bien être et tout. Ben non. Il va à la messe et c'est l'église qui, par la foi, le soigne de sa méchanceté, sa colère et son alcoolisme. Le générique est même une exposition de gens (je supposées réels) qui brandissent des pancartes "Jesus Saved Me" etc. A vomir.

Petite anecdote, à agario, un jeu de boules qui se mangent les unes les autres dans une sorte de pvp multi, tu peux nommer ta boule comme tu veux. J'allais sur les serveurs américains et la nommais Hurra for Jesus. Ben je voyais la différence, il y avait des gens qui se sacrifiaient pour me renforcer. C'était beau...
avatar
hermercure
L'homme qui murmurait à l'oreille des XML
L'homme qui murmurait à l'oreille des XML
Messages : 1409
Date d'inscription : 19/12/2014
Localisation : Vichy

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 20/4/2017, 23:42
Hasard a écrit:

Et plus tard, c'est maintenant:



28 Days Later est un film que vous connaissez déjà très probablement, mais je vais en parler quand même, parce que je fais ce que je veux.
Je viens de le regarder et il m'a effectivement bien plus. Et vous savez quoi ? La musique de 7dtd est une copie conforme d'un thème récurent dans le film. Vous ne me croyez pas ? Il ne vous reste plus qu'à faire le test vous-même.


______________________________________________
Référent ès modifications de fichiers - Voir : Le coin des moddeurs
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 21/4/2017, 05:59
Ah ben ravi qu'il t'ait plus, même si je n'y suis pour rien. Si tu n'as pas vu la suite, c'est intéressant. Et oui la musique de 7DtD est un hommage très très appuyé. C'est toujours le cas d'ailleurs ? J'ai souvenir que la musique de chargement des v12 était très 28 days, mais comme depuis je les ai coupées parce que je n'aime pas les musiques extradiégétiques dans des jeux de survie/solitude, j'ignore si c'est toujours le cas. Il me semblait qu'elle avait changé.
avatar
hermercure
L'homme qui murmurait à l'oreille des XML
L'homme qui murmurait à l'oreille des XML
Messages : 1409
Date d'inscription : 19/12/2014
Localisation : Vichy

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 21/4/2017, 16:33
Mais tu as dégommé la suite. Faudrait savoir ! Tu crois que j'ai le temps de regarder des navets avec tout ce que j'ai à jouer ?


______________________________________________
Référent ès modifications de fichiers - Voir : Le coin des moddeurs
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 21/4/2017, 21:36
Ha ha ha, ben il est assez apprécié 28 Weeks later et bon c'est une suite qui se regarde, certaines scènes sont excellentes. Mais personnellement je le trouve surestimé. Cela dit, si tu as le choix entre 28 Weeks Later et Dernier Train pour Busan, prends le Train. ^^
avatar
Hasard
A mangé du chien zombie avec les doigts
A mangé du chien zombie avec les doigts
Messages : 188
Date d'inscription : 27/03/2017

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

le 27/4/2017, 09:57
Le voici le voilà, le DD du jour. La thématique sera le superhéros. Mais pas le superhéros venu d'une autre planète ou qui a été recruté par Mace Windoo. Là, on a du mec comme tout le monde, du banal - limite du loser - qui décide d'affronter un ennemi nettement supérieur. C'est parti.


Zebraman, c'est l'histoire d'un père de famille complètement à la dérive. Tandis qu'il fabrique un costume d'un superhéros tiré d'une série japonaise abandonnée en cours de route, sa femme le trompe, son fils se fait battre à l'école et sa fille, dont on peut douter de la majorité, va voir des vieux japonais bien moches et aux fantasmes bizarres. Ajoute à ça une invasion d'extraterrestres en 3D dégueulasse, un gamin handicapé avec lequel le héros va se lier d'amitié et un tueur en série dans la ville qui sévit avec un masque de crabe et des paires de ciseaux, t'as Zebraman.

Alors autant dire qu'il faut accepter l'absurde et le glauque du film pour y puiser une forme de plaisir. Takashi Miike, l'auteur du film et du superhéros, est un hyperactif qui touche au cinéma, aux sériex, au théâtre et qui sort au moins quatre trucs par an depuis des années. Et tu as de tout, de la comédie au drame, du bien cool Crow Zero où ça bastonne dans le lycée façon manga au Visitor Q filmé comme un porno et où l'inceste et la nécrophilie régaleront la curiosité morbide des plus équilibrés d'entre nous. Takashi Miike, c'est ce genre de gars qui s'en fout totalement d'entrer dans une case, le type essaye des trucs et il vaut mieux mettre sa morale de côté quand on s'essaye à ses productions.

C'est ce côté très borderline qui fait que je dégomme Zebraman, tout simplement parce qu'il s'adresse à....ben difficile de dire à qui en fait. Si le traitement d'un superhéros à la japonaise, tiré d'un super sentai (Bioman, Spielvan, X-or etc) est agréable à suivre et la tentative d'un perdant total de s'émanciper de sa série d'échecs, via un masque symbolique, assez touchante, Zebraman a un humour et un loufoque qui ne fonctionnent que par petites touches. Le film est mal rythmé, ce qui crée l'ennui à plusieurs moments là où on voudrait accrocher à ce qu'on voit. Les effets spéciaux rendant hommages aux sentais des années 80 sont pourris, volontairement, mais en surdose. Ce qui fait qu'au lieu de de juste se marrer en voyant la référence, on subit une sorte d'envie de vouloir faire le plus moisi possible et c'est dommage. Parce que Power Rangers and co, même si c'était dans une carrière et que les effets spéciaux étaient kitch, les japonais dans les costumes offraient 30 secondes d'arts martiaux par épisode et c'était plutôt ridicool. Ici, on n'aura qu'un seul combat d'homme à homme dans tout le film, le reste opposant Zebraman à des effets 3D immondes où l'acteur s'agite dans tous les sens de façon assez ridicule.

Et en plus du ridicule, l'incohérence. Zebraman n'est pas un simple mec dans un costume il devient un superhéros avec des pouvoir sortis d'on-ne-sait-où. Pourquoi en a-t-il ? Pour quoi les aliens nous possèdent pour nous faire faire des crimes sans grande ambition alors qu'ils comptent détruire le monde ? Comment Zebraman parvient-il à purger son fils de la possession ? Pourquoi ne sauve-t-il pas les autres enfants ? Que deviennent-ils ? Pourquoi Zebraman vole-t-il alors qu'il est un zèbre ? Pourquoi le Gouvernement observe un alien capturé sous cloche de verre au milieu d'un bain public chaud ? Aucune réponse, tu te démerdes, ne dérange pas l'artiste. Si Takashi Miike marque une sincérité dans ses délires et une thématique récurrente de la famille désunie qui doit apprendre à se retrouver, on se sent un peu trop exclus de son univers hermétique et je pense qu'il faut être un intello qui adore se pignoler sur des oeuvres qu'il ne peut pas comprendre et n'ont pas forcément de sens pour complètement adorer ce film. Où être soi-même une chose qui n'a aucun sens, comme un japonais quoi. Personnellement, je ne regrette pas de l'avoir vu, mais ce sera la seule fois. Je dégomme.

Par contre, j'ai quand même envie de voir le 2, c'est en ça qu'il est fort Miike. Tu sais que même si ça sera mauvais, tu vas vivre une expérience. A un public très averti donc.




Defendor, c'est l'histoire d'un attardé mental, incarné par l'excellent Woody Harrelson, qui, baigné dans le comic et en absence totale de repères suite à la mort de sa mère, va grandir en haïssant un ennemi invisible résumé en Capitaine Industrie. Convaincu qu'il existe en personne propre, Defendor va sillonner les rues crasseuses avec des gadgets rigolos pour le trouver et le punir.

Ce film est vraiment cool. Mélange habile de comédie et de drame, tu vas tantôt te marrer devant la connerie naïve, quoiqu' ingénieuse, du héros, tantôt être exposé à des choses dramatiques. Prostitution, corruption, meurtres, impuissance des autorités officielles, Defendor fait croire à des raccourcis grossiers et un héros ridicule pour proposer quelque chose de plus épais derrière. Sorti aux années de Kick-ass, il ne sombre pas dans le violent gratuit et offre un grotesque réaliste à la suspension d'incrédulité réussir, là où Kick-ass reste une parodie et que je suis étonné qu'on en dise qu'il est drôle. Il a ses gags ok, mais il n'y a rien qui fasse se sentir bien après l'avoir vu je trouve. Avec Defendor, et sans vouloir faire mon lourd à comparer des fils qui ne se reniflent pas le derrière, tu as un idéaliste dans un monde impitoyable, des moments ouvertement dramatiques, mais tu te sens bien quand tu as fini. C'est une belle histoire, en fait, pas juste un truc fait pour être marrant ou pas.

Le point fort de Defendor repose évidemment sur Woody Harrelson. Tu as parfois des films où tu te demandes quel autre acteur aurait pu assurer le rôle et n'en trouve spas. Ici, c'est le cas. Avec son regard naturellement illuminé et sa façon de cabotiner étrangement convaincante, l'acteur sert un personnage qu'on aime tout de suite, dont le côté enfant nous fait écho et qui parvient à mixer le dérangeant et l'admirable d'un type déphasé avec le monde réel, mais qui se donne à fond pour faire le bien. Il est tellement pur que même les autres personnages hésiteront à l'arrêter ou se montreront très compatissants, comme s'ils avaient affaire à un enfant. Au passage, je parle d'Harrelson, mais les acteurs sont bons dans ce film. Il respecte son spectateur et le fait avec une forme de modestie qui plaira d'autant plus qu'on regrettera que ce film n'ait pas été plus mis en lumière lors de sa sortie.

En résumé, c'est un film simple, avec peu de moyens, mais qui tape juste et se revoit sans problème. Pour moi, on dégote sans hésiter, mais faites gaffe si vous téléchargez et tentez la version zone téléchargement, le son et l'image plantent toutes les 15 secondes. Streaming ou dvd quoi, ou une autre plateforme bien sûr.
Contenu sponsorisé

Re: Dégote et Dégomme [Coup de coeur et de gueule des films et séries]

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum